11 partages L'Afrique dénonce les commentaires racistes et obscènes de Donald Trump

"Il normalise l'obscénité, le chauvinisme, le racisme", a déclaré Mo Ibrahim, un milliardaire des télécommunications anglo-soudanais qui défend la cause de la bonne gouvernance en Afrique avec un prix annuel de 5 millions de dollars. "Ce qui nous inquiète, c'est comment les Etats-Unis - qui sont censés être construits sur des idéaux - perdent leur position de leader du monde et d'épine dorsale de l'ordre international." a-t-il déclaré rapporte le Financial Time. Mo Ibrahim a ajouté les remarques du président américain oubliait que son propre pays avait été construit sur le génocide et l'esclavage, ainsi que sur des idéaux.

Jessie Duarte, secrétaire générale adjointe du Congrès national africain, le parti au pouvoir en Afrique du Sud, a qualifié les propos du président américain d'extrêmement offensants, déclarant lors d'une conférence de presse: "Notre pays n'est pas un pays déchiré, ni Haïti ni aucun autre pays en détresse. "Mmusi Maimane, qui dirige l'opposition démocratique, a ajouté qu'il trouvait les propos de M.Trump" dégoûtants ". "Il est complice de conduire un programme raciste xénophobe et finalement afrophobe", a déclaré M.Maimane rapporte le Financial Time.

Boniface Mwangi, un activiste politique au Kenya a tweeté: « S'il vous plaît ne pas confondre les dirigeants de #shithole (pays de merde) que nous élisons avec notre beau continent ».

Olusegun Obasanjo, ancien président du Nigeria a déclaré "Avec tout le respect que je vous dois, je ne m'inquiéterais pas de Trump parce qu'il n'y a rien de présidentiel son propos. "S'il n'y a rien de présidentiel son sujet, il a la liberté de dire des choses qui ne sont pas présidentielles. Et je crois que les Africains ont la liberté de l'ignorer. "

Enfin, L'Union africaine (UA) a condamné vendredi les remarques "blessantes" et "dérangeantes" du président américain Donald Trump l'encontre de plusieurs nations africaines et de Haïti; "Ce n'est selon moi pas seulement blessant pour les gens d'origine africaine aux Etats-Unis, mais aussi pour les citoyens africains", a déclaré l'AFP Ebba Kalondo, porte-parole du président de la Commission de l'UA Moussa Faki. "C'est d'autant plus blessant compte tenu de la réalité historique du nombre d'Africains qui sont arrivés aux Etats-Unis comme esclaves"."C'est aussi très surprenant car les Etats-Unis restent un exemple extrêmement positif de la manière dont l'immigration peut donner naissance une nation", a-t-elle ajouté.

Dites-nous ce que vous pensez de cet article ?

Nous vous recommandons

Actualité

Congo: Brazzaville se félicite d'un accord avec le FMI

Slateafrique