14 partages Le gouvernement indien censure Internet Archive et plus de 2600 sites Web

Sur demande du gouvernement indien, plusieurs fournisseurs d'accès à Internet ont bloqué le site de l'organisation américaine Internet Archive et son moteur de recherche, la Wayback Machine. L'outil recense plus de 302 milliards de pages Web, dont il suffit d'entrer l'URL pour les visualiser à une date définie. La page d'accueil de l'association a été remplacée par un message du gouvernement indien, visible par les internautes du pays.

«L'URL demandée a été bloquée à la suite des directives du ministère des Télécommunications et du gouvernement indien. Veuillez contacter l'administrateur pour plus d'informations», est-il désormais mentionné sur le site.

Aucune explication officielle n'a été fournie par le gouvernement indien. Après une décision de la Haute Cour de Justice de Madras (Chennai), le 2 août, 2650 sites Web ont en tout été bloqués, selon un document obtenu par BBC. La plupart d'entre eux sont des sites de partage de fichiers. Deux sociétés de production bollywoodiennes sont à l'origine de ce blocage: Prakash Jah Productions et Red Chillies Entertainement. Une telle décision viserait à bloquer le partage en ligne de versions piratées de leurs films phares, dont Lipstick Under My Burkha et Jah Harry Met Sejal.

Les raisons d'un tel blocage restent obscures.le site d'informations Medianama pointe que la Wayback Machine permettait aussi d'accéder à des documents de l'Unique Identification Authority of India (UIDAI). L'institution gère le système d'identification de la population indienne, l'Aadhaar, qui pâtit d'une forte impopularité dans le pays.

Internet Archive indique dans un communiqué avoir contacté le Ministère indien de l'Electronique et des Technologies de l'information. Leur demande est jusqu'à présent restée sans réponse. «La Cour est-elle au courant du fait qu'Internet Archive a mis en place une procédure complète et standardisée de requêtes pour les ayant-droits?», s'étonne Chris Butler, un membre d'Internet Archive. «Nous trouvons de nombreuses demandes de suppressions de contenus émanant de l'un des plaignants, Red Chillies Entertainments, sur la dernière année. Chacune d'entre elles a été traitée et réalisée promptement.» Contacté par Medianama, Chris Butler a fait part de son désarroi. «Nous sommes évidemment déçus par cette situation, désireux de comprendre pourquoi cela s'est produit et de voir l'accès à archive.org restauré», a-t-il indiqué.

L'Inde veut encadrer davantage le Web depuis 2011. À cette date, le gouvernement indien a demandé à Facebook, Google, Yahoo! et d'autres géants du secteur de vérifier le contenu de leurs sites, pour empêcher les publications à caractère diffamatoire ou offensant. En 2012, WordPress a été rendu inaccessible dans le pays. Une trentaine de sites, dont Vimeo, Daily Motion et GitHub, ont par la suite été bloqués en 2014, pour entraver la «propagande djihadiste».

Dites-nous ce que vous pensez de cet article ?

Nous vous recommandons