Ile Maurice: Capitaine Coopen - «Les remorqueurs du port pas destinés au sauvetage»

La cour d'investigation pour faire la lumière sur le naufrage du vraquier japonais a commencé ses travaux hier. La première journée d'audition a été consacrée au directeur adjoint du département Shipping et au commandant de la NCG.

L'ancienne Cour suprême est quelque peu animée. D'un côté, des avocats font leur entrée et viennent saluer leurs confrères et, de l'autre, les membres d'équipage du MV Wakashio qui conversent en groupe. Il était prévu que ces derniers déposent hier pour le coup d'envoi de la cour d'investigation qui devrait faire la lumière sur les circonstances qui ont mené à l'échouement du vraquier japonais battant pavillon panaméen. Devant l'ex-juge Abdurraffeek Hamuth qui préside la cour et ses deux assesseurs, Jean Mario Genevieve, Marine Engineer, et Johnny Lam Kai Leung, Marine Surveyor, le capitaine Asiva Coopen, directeur adjoint du département Shipping, a presque monopolisé la première audition.

Le capitaine Coopen a fait des révélations à la pelle, à partir d'un rapport préliminaire qu'il a effectué le 6 août 2020. Il a affirmé à plusieurs reprises que le MV Wakashio a dévié de sa trajectoire initiale à trois reprises en violant l'innocent passage. Il explique que cela s'est produit quand le vraquier s'est approché jusqu'à un mille nautique des côtes indonésiennes. La plus grosse déviation était cinq jours avant son échouement au large de la côte sud-est. Le navire a changé de trajectoire encore une fois à environ 22 milles nautiques des côtes mauriciennes avant de venir s'encastrer dans les récifs de Pointe d'Esny. L'échouement du Wakashio est dû à la négligence, assure-t-il.

Après la pause déjeuner, le capitaine Coopen a fait de nouvelles révélations de taille. Répondant à une question d'un des deux assesseurs, il a révélé que la MPA ne possède pas de salvage tug (remorqueur de sauvetage). «Je ne suis pas sûr que le remorqueur aurait pu immobiliser le Wakashio. Il aurait fallu un plus grand remorqueur. Nous n'avons pas d'expertise en sauvetage. Les remorqueurs du port sont utilisés uniquement...