Accident minier en RDC: les "creuseurs", premier maillon d'un marché souvent opaque

Slateafrique - Il y'a 1 semaine  -  Voir source de l'article

Les dizaines de chercheurs d'or artisanaux, qui ont péri dans l'accident d'une mine vendredi dans l'est de la République démocratique du Congo, représentent le premier maillon vulnérable d'une chaîne d'approvisionnement souvent clandestine qui va jusqu' Dubaï, d'après les experts.

Au total 22 corps de "creuseurs" ont été retrouvés lundi, trois jours après la catastrophe dans la cité minière de Kamituga dans la province du Sud-Kivu, selon un témoin sur place.

Dès le matin, les secours ont poursuivi leurs recherches en présence des habitants. Une vingtaine de familles ont signalé la disparition d'au moins un proche, d'après le maire.

Les "creuseurs" de Kamituga cherchaient de l'or sur le site d'une filiale de la société canadienne Banro, qui a annoncé la suspension de ses activités industrielles il y a un an.

Ils revendaient l'or qu'ils parvenaient extraire, au péril de leur vie, des comptoirs d'achat et des négociants locaux. "A Kamituga, on peut trouver 300 comptoirs d'achat", d'après Raoul Kitungano, coordonnateur de l'ONG Justice pour tous.

Ces négociants exportent ensuite l'or artisanal du Sud-Kivu et de l'Ituri vers les pays frontaliers voisins (principalement Burundi et Ouganda).

Un trafic qui échappe largement au contrôle des autorités congolaises. "Un haut fonctionnaire de l'administration minière du Sud-Kivu a estimé qu'environ 300 kg d'or non déclarés étaient passés en transit chaque mois par Bukavu, mais les statistiques des autorités provinciales ne montraient que 5 kg en moyenne par mois", explique un rapport d'experts des Nations unies sur la RDC de juin 2019.

"Les négociants locaux...