Afrique: Musique Afro-pop - Des réactions sur les décès de Aurlus Mabélé et Manu Dibango

Allafrica - Il y'a 1 semaine  -  Voir source de l'article

Les décès de ces deux artistes qui ont marqué l'histoire de la musique africaine travers le monde n'ont pas laissé insensibles les culturels congolais. Le ministre de la Culture et des Arts Dieudonné Moyongo, le patriarche de la musique congolaise Edo Ganga, et l'ancien commissaire général du festival panafricain de musique (Fespam) de 2003-2005 Ferréol Constant Patrick Gassackys, ont réagi.

Le ministre Dieudonné Moyongo de la Culture et des Arts a réagi sur la disparition de ces deux artistes, suite l'épidémie du coronavirus. Pour lui, Aurlus Mabélé et Manu Dibango étaient tous deux des rois. Le premier était le roi du Soukous qui a fait danser le Congo, l'Afrique et l'Europe, les Antilles, alors que le second, donc Manu Dibango, était le roi du Soul Makossa. Ces deux artistes, dit-il, ont été tués par le « coronavirus », le premier parce que malade depuis quelque temps et le second par la vieillesse.

C'est une grande perte pour l'Afrique que de perdre ces deux grands artistes de la musique africaine moderne. Manu Dibango connaissait toutes les sortes de musique, et était le précurseur de la world musique. Ces deux stars de la musique africaine vont léguer la postérité ces deux éléments du patrimoine culturel immatériel, a-t-il poursuivi.

Le patriarche de la musique congolaise moderne, Edo Ganga, 87 ans, un an de plus que Manu Dibango, a regretté lui aussi la mort de celui qu'il a affectueusement côtoyé. « J'ai connu Manu Dibango dépuis qu'il était arrivé pour la première fois Kinshasa. On a vécu ensemble. On a eu de très bonnes relations avec des amis comme, Jean Serge Essous dit Trois S, Nino Malapet, Kouka Célestin, et autres... Malheureusement, il vient de rejoindre les autres. Je regrette énormément cette disparition. »

L'ancien commissaire général du Fespam, Ferréol Gassackys, qui a connu Manu Dibango...