Au Mozambique, des sinistrés du cyclone la faim au ventre

A l'école Samora Machel Beira, au Mozambique, les cours ont été suspendus. Les salles de classe, le gymnase, la cour ont été transformés en centre d'urgence pour accueillir des rescapés du cyclone Idai. "Tout est dur ici. Je me bats pour que mes enfants aient quelque chose manger", se plaint Céleste Dambo.

"Aujourd'hui, nous avons eu de la soupe dans des tasses, mais ce n'est pas assez pour eux", s'indigne-t-elle.

Depuis jeudi, Céleste et ses trois enfants dorment par terre sur le terrain de basket couvert de cette école secondaire, fréquentée il y a des dizaines d'années par l'actuel président mozambicain Filipe Nyusi.

"Un bateau de pêche m'a secourue et amenée ici", raconte cette habitante de Buzi (centre), l'un des districts les plus touchés par les inondations qui ont suivi le passage du cyclone Idai la semaine dernière.

Mais "je ne sais pas où est mon mari", lâche-t-elle.

Idai a fait plus de 400 morts au Mozambique, et au moins 239 au Zimbabwe voisin.

A côté de Céleste, des rescapés enveloppés dans des couvertures même le sol ou...