Avortement en terre d'islam: un sujet controversé

Lepoint - Le 2018-10-11  -  Voir source de l'article

Les femmes sont descendues massivement dans les rues du monde entier le 28septembre,Journée mondiale du droit l'avortement, pour réclamer la gratuité, la sécurité et la légalité de l'accès l'interruption volontaire de grossesse (IVG) pour toutes. Le droit l'avortement est menacé dans denombreux pays, des Etats-Unis la Pologne en passant par l'Argentine et l'Irlande, où les femmes se battent toujours pour l'obtenir. La religion, notamment le catholicisme, est souvent désignée comme leprincipal obstacle au contrôle des naissances et l'IVG. Le fait est qu'un certain nombre de pays majorité catholique ont une législation stricte sur la question. Parmi ceux-ci, l'Andorre, la République dominicaine, le Salvador, Malte, le Nicaragua et le Vatican se distinguent même par une interdiction totale de l'avortement. Mais qu'en est-il des pays musulmans?

Un droit l'avortement restreint dans les pays musulmans

Près de 80% des femmes du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord vivent dans des pays où le droit l'avortementest restreint. Voire, pour 55% d'entre elles, dans des pays où l'IVG n'est autorisée que pour sauver la vie de la mère ou - pour 24% - uniquement pour préserver sa santé physique ou mentale. Aujourd'hui, seules la Turquie et la Tunisie autorisent les avortements volontaires (sur demande de la mère). Bien qu'aucun de ces pays n'interdise totalement l'IVG, ces restrictions rendent plus difficile pour les femmes d'avorter en toute sécurité. Comme partout ailleurs, dans les pays majorité musulmane, l'avortement est un sujet controversé, notamment au regard de la loi islamique. Même dans les pays où l'IVG est légale, comme en Turquie, ce droit est constamment remis en question par des opposantspolitiques etreligieux. De même, en Tunisie, en dépit de la loi qui les y autorise, les femmes qui décident d'avorter doivent souvent faire face aujugement négatif du personnel médical et de la société.

Que dit l'islam sur l'avortement?

En général, les autorités religieuses musulmanes considèrent que l'avortement interfère avec lavolonté d'Allah (Dieu) qui, seul, a droit de vie et de mort. Cependant, les différents courants de l'islam n'ont pas tous le même point de vue sur la question. Dans ledogme hanafite,majoritaire au Moyen-Orient, en Turquie et en Asie centrale, et qui faisait loi sous l'Empire ottoman, l'avortement est évoqué sous les termes „±skât-„± cenîn, qui peuvent se traduire par «expulsion du fœtus». D'entrée de jeu, cette terminologie paraît peu claire, puisqu'elle ne faitaucune distinction entre les fausses-couches et les avortements. Plus précisément, le hanafisme considère„±skât-„± cenîncommemekrouh (indésirable, non souhaitable) plutôt queharam(interdit) moins de 120jours de grossesse, étant donné quejusqu'alors le fœtus n'a pas d'âme. Pourtant, même considérée comme mekrouh, ladécision de mettre un terme la grossesse est laissée la discrétion du mari et ne constitue pas un droit ni un choix pour la femme. Dans le même temps, d'autres courants islamiques expriment une opinion différente. Lechafiisme, qui domine en Asie du Sud-Est et dans certaines régions d'Afrique, autorise les IVG jusqu' 40jours de grossesse et les avis divergent au sein même de ce mouvement quant au stade de développement du fœtus. Certains imams chafiistes tolèrent l'avortement jusqu'au 120ejour. Bien que le couranthanbaliste, majoritaire en Arabie saoudite et aux Emirats Arabes Unis, n'ait pas n'opinion tranchée sur la question, certains chefs religieux autorisent également l'avortement jusqu'au quatrième mois. Enfin, lemalikisme, qui prédomine en Afrique du Nord, considère le fœtus comme un être vivant en devenir et...