Burkina Faso: l'ombre de Blaise Compaoré plane sur l'élection présidentielle

Slateafrique - Il y'a 2 semaines  -  Voir source de l'article

Six ans après sa fuite vers l'exil, l'ombre de l'ex-président burkinabè Blaise Compaoré plane sur l'élection présidentielle de dimanche au Burkina Faso, où beaucoup souhaitent la "réconciliation" et le retour de la "paix".

"A chaque discours, chaque sortie des candidats, il y a le nom de Blaise Compaoré qui revient" cause de la "nostalgie" d'un temps où il y avait une "certaine tranquillité et paix", estime Mahamoudou Savadogo, spécialiste des questions de sécurité au Sahel.

Interdit d'élection en 2015, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le parti de Compaoré, présente un candidat cette année, Eddie Komboïgo, un expert-comptable la fortune réputée colossale, présenté comme un sérieux outsider au favori, le président Roch Marc Christian Kaboré.

Sous les casquettes et stickers en vente devant le QG de Komboïgo dans le centre de Ouagadougou, on trouve vite en farfouillant des chemises l'effigie de l'ancien président, chassé en 2014 par une insurrection populaire après 27 ans de pouvoir.

"Il est toujours l, il regarde d'un oeil attentif les affaires du pays", assure en souriant un militant du CDP.

Le "Beau Blaise", comme il était surnommé dans sa jeunesse, vit depuis six ans en exil en Côte d'Ivoire voisine, et ses partisans espèrent son retour.

Car depuis sa fuite, le démantèlement du Régiment de sécurité présidentiel, unité d'élite de l'armée qui a fomenté un pustch raté en 2015, et l'arrestation du général Gilbert Diendéré, bras droit de Compaoré et considéré comme le chef des services secrets, le Burkina n'a fait que s'enfoncer dans une crise sécuritaire sans précédent, miné par les attaques de groupes jihadistes.

- "réconciliation nationale" -

Au "pays des hommes intègres", le bilan des attaques jihadistes, parfois mêlés de...