Burkina Faso: La société civile dénonce des exactions lors d'une opération militaire

Au Burkina Faso, les évènements de la nuit du 3 au 4 février dernier sont au cœur des interrogations. Une organisation de la société civile dénonce des exécutions sommaires qui auraient été menées par les forces de défense. La version officielle évoque des représailles après des attaques terroristes. Une enquête a été ouverte.

Polémique autour des opérations militaires menées le mois dernier dans le nord du Burkina Faso. Il y a un mois, l'état-major indiquait avoir neutralisé 146 présumés terroristes dans trois départements du Nord en représailles des attaques terroristes. Mais des organisations de la société civile mettent en doute ce bilan. Cette semaine, une organisation de la société civile accuse les forces de défense d'avoir procédé des « exécutions sommaires » les 3 et 4 février dernier, tuant 60 civils.

Chrisogone Zougmore, le président du Mouvement burkinabè des droits de l'homme et des peuples, relève plusieurs zones d'ombres dans la version officielle livrée par les autorités : « Le communiqué officiel de l'état-major...