Cote d'Ivoire: Investissement étranger et investissement national

Par Pacôme Kouamé Oi Kouamé

Dans plusieurs pays du monde, et surtout en Afrique, le sentiment est que l'investissement a une seule empreinte: celle de l'investissement étranger.

En effet, tant au plan local que national, toutes les politiques développées pour faire face au besoin d'investissement visent ce type d'investissement.

Pourtant, le déficit d'investissement dans nos pays demeure et persiste. Ce qui témoigne que ce type d'investissement n'est pas la panacée.

Or, celui-ci est considéré comme la solution ultime pour ces pays dépendants. Ainsi, lorsque ce type d'investissement est en crise pour des raisons structurelles ou conjoncturelles, exogènes ou endogènes, ces pays sont totalement bloqués, leurs besoins d'investissement sont dans la tourmente.

Ce qui pourrait expliquer le retard d'industrialisation qu'ils accusent et donc le manque de dynamisme et de performance de leur économie.

Avec ces pays, tout porte croire que l'investissement étranger serait la seule alternative pour régler la problématique d'investissement qui mine nos différentes sociétés.

Dès lors, on pourrait se poser les questions suivantes : l'investissement a-t-il une seule empreinte ? Son efficacité ne dépendrait-elle pas d'une empreinte endogène et exogène ? N'existe-t-il pas d'autre alternative pour mieux fortifier son dynamisme et sa performance ?

En réalité, pour la vitalité de l'investissement dans toute société, il faut privilégier deux tendances : l'investissement endogène et l'investissement exogène.

L'investissement exogène incarne l'investissement étranger et l'investissement endogène, l'investissement national.

En effet, pour la mutualisation, la consolidation, la résilience et l'efficacité de l'investissement, ces deux types d'investissement doivent inéluctablement être pris en considération.

L'un ne doit être privilégié au détriment de l'autre, puisque chacun a ses particularités - forces et faiblesses - fortifiant leur complémentarité pour le succès de l'investissement.

Bien entendu, avec l'investissement étranger, le pays pourrait mobiliser de grands moyens financiers qu'il n'aurait pu mobiliser au plan local.

En effet, l'étranger capitalisant des investisseurs ou des sources d'investissement considérables, peut fournir un investissement important au pays ou la localité. Il suffit de savoir tirer profit de cette manne...