Dans la cité royale de Méroé au Soudan, plus de peur que de mal

Slateafrique - Il y'a 2 semaines  -  Voir source de l'article

Inscrite au patrimoine mondial de l'humanité, la cité royale de Méroé a eu plus de peur que de mal après les inondations record au Soudan. Des digues ont été rapidement érigées par les Antiquités pour contrer l'eau du Nil mais la menace demeure.

"Si l'eau était entrée dans les bains royaux, dont les peintures et les statues ont été récemment restaurées par le German Archeological Institute, cela aurait été une catastrophe", explique l'AFP Mahmoud Suleiman, en charge du site.

"Nous avons réussi l'éviter grâce l'intervention rapide de nos équipes."

Située quelque 200 km au nord de Khartoum, la cité royale qui fait partie du site antique de Méroé, était menacée par les eaux du Nil en raison des inondations qui ont poussé les autorités déclarer la semaine dernière l'état d'urgence sur l'ensemble du territoire.

Dans cette cité, les bains royaux ciel ouvert sont composés de deux pavillons séparés: une salle d'eau et un lieu de détente, peintes et décorées de statues. Dans l'antiquité, l'eau fraîche y arrivait du Nil via un système d'adduction.

En guise de protection, les bains sont entourés demurs en brique construits depuis des années. Le site et le fleuve du Nil, distant de quelque centaines de mètres, sont séparés par des terrains agricoles.

"Chaque saison des pluies, le Nil recouvre (ces terrains) mais cette année il a pénétré dans les limites du site archéologique. Il a atteint l'extérieur des bâtiments", montre mercredi l'AFP M. Suleiman, également directeur régional du service d'archéologie pour l'Etat du Nil, où se trouve Méroé.

- "Au...