Egypte-Israël: 40 ans après le traité, une relation

Quarante ans après la signature du traité de paix entre l'Egypte et Israël, les relations entre les deux voisins, alliés majeurs des Etats-Unis au Moyen-Orient, ont survécu toutes les convulsions régionales.

Le 26 mars 1979, le président égyptien Anouar el-Sadate --qui le paiera ensuite de sa vie-- et le Premier ministre israélien Menahem Begin signaient Washington, sous la houlette du président américain Jimmy Carter, le premier traité de paix entre un pays arabe et l'Etat hébreu.

Depuis cette date, "l'Egypte est restée complètement extérieure tout conflit armé (...) entre les Arabes et Israël", souligne Abdelazim Hammad, analyste politique au journal égyptien privé Al-Chorouk.

Le traité a mis fin l'état de guerre entre les deux pays, en vigueur depuis le début du conflit israélo-arabe de 1948.

Le 40e anniversaire de ce traité de paix intervient un moment où la région subit encore largement les contrecoups des Printemps arabes en 2011.

L'Egypte a elle-même connu de nombreux troubles après le soulèvement populaire du 25 janvier 2011 qui a provoqué la chute du président Hosni Moubarak, puis l'arrivée au pouvoir un an plus tard de l'islamiste Mohamed Morsi.

- Deux alliés de Washington -

Même durant le court mandat de M. Morsi --destitué par l'armée en 2013--, les relations bilatérales n'ont pas traversé de crise majeure, l'Egypte étant même restée un médiateur privilégié entre Israël et le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir Gaza.

Malgré les troubles, la relation israélo-égyptienne est restée "stable" et "le traité de paix a perduré", confirme Amr Choubaki, chercheur au Centre d'études politiques et stratégiques d'Al-Ahram.

Depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump aux Etats-Unis en 2017, l'Egypte d'Abdel Fattah al-Sissi, comme d'autres pays arabes,...