Sénégal: Thiès - La complainte des militaires invalides et des blessés de guerre

Thiès "" Les militaires invalides de la Zone militaire N° 7 ont saisi l'occasion de la première édition de la journée de solidarité, qui leur est dédiée, pour étaler leurs griefs liés entre autres aux difficultés de prise en charge médicale et à la faiblesse de leurs pensions.

La journée de solidarité avec les armées a donné lieu à une séance de questions-réponses entre les militaires invalides et blessés et notamment le lieutenant-colonel Mamour Dieng médecin-chef du Centre médical interarmées (CMIA).

Les invalides ont exposé de manière parfois crue, leurs doléances, liées surtout à la pénibilité de la procédure d'accès aux médicaments qui leur sont prescrits, mais aussi à la modicité des pensions.

Le président de la cellule régionale de l'Association nationale des anciens militaires invalides du Sénégal, Masse Dieng a plaidé pour l'allègement de ces procédures, afin de ne pas "décourager" les bénéficiaires.

Adama Wane, secrétaire général de l'Association nationale des anciens miliaires invalides du Sénégal (ANAMIS) a jugé éprouvant le nouveau procédé consistant à déposer son carnet du lundi au jeudi, pour revenir le récupérer le vendredi. Certains doivent quitter Touba pour venir à Thiès, afin de se faire viser leur carnet, avant de revenir les retirer.

Pape Seydina Diop a appelé à "plus de mansuétude" à leur égard, vu que les pensions qu'ils reçoivent sont "mauvaises". Il a suggéré que des médecins soient mobilisés pour consulter les invalides à domicile.

Les invalides de la cellule de Mbour ont déploré un "problème de signature". Ils doivent parcourir de longues distances pour se faire approuver leur document auprès du médecin-chef de district de Popenguine qu'ils trouvent rarement sur place.

Les invalides disent aussi ne pas comprendre que les médecins chargés de viser leur ordonnance, se mettent à réduire la...