En Centrafrique, la Russie se fait plus discrète

Slateafrique - Il y'a 3 semaines  -  Voir source de l'article

L'image est devenue l'un des symboles des nouveaux appétits de Moscou en Afrique: des mercenaires russes qui patrouillent en armes dans les rues de Bangui, capitale de la République centrafricaine, pays où l'influence de la France a longtemps été incontestée.

Mais après une arrivée remarquée en 2018 jusque dans les chancelleries occidentales, ces patrouilles se sont faites plus rares dans la capitale ces derniers mois.

Autre signe d'une volonté de se faire plus discret, les activités de propagande en faveur de la Russie, sur les réseaux sociaux et dans plusieurs médias, connaissent depuis quelques mois une "réduction significative", indique l'AFP Hans de Marie Heungoup, chercheur l'International Crisis Group (ICG) et spécialiste de la Centrafrique, pour qui "cette propagande ou publicité est soutenue par les autorités russes".

Alors même que le Kremlin célébrera, lors d'un sommet Afrique-Russie Sotchi les 23 et 24 octobre, ses liens économiques grandissants avec le continent africain, Bangui, "les Russes sont plus discrets, ils y ont intérêt", résume Thierry Vircoulon, coordonnateur de l'observatoire Afrique australe et centrale de l'Institut français des relations internationales (Ifri).

Le 26 janvier 2018, une première livraison d'armes est débarquée sur le tarmac de l'aéroport de Bangui M'poko,grâce une dérogation l'embargo sur les armes imposé par l'ONU la Centrafrique au début de la guerre civile, en 2013, quand une rébellion dominante musulmane avait renversé le régime du président François Bozizé et plongé le pays dans le chaos.

Dans la foulée, des instructeurs russes sont envoyés pour assurer la formation d'une armée nationale en reconstruction. En parallèle, apparaissent ces groupes de mercenaires,...