En Egypte, un cheikh mélange pop et louanges au prophète

Slateafrique - Il y'a 2 semaines  -  Voir source de l'article

Assis sur un banc rustique, cheikh Mahmoud al-Touhami entonne des chants sacrés en mêlant musique orientale et occidentale dans son école novatrice du Caire où ses élèves viennent apprendre l'art de l'"inchad", la psalmodie islamique.

Ce "mounchid" (chanteur religieux) fait répéter des hommes et femmes réunis dans la vaste cour du palais mamelouk de Taz, dont les murs, les piliers et les portes épurées témoignent d'une riche histoire islamique.

Mahmoud al-Touhami a grandi en Haute-Egypte (sud) avec son père, cheikh et "maddah" (chanteur populaire) Yassine al-Touhami, l'un des artistes religieux les plus appréciés du pays.

Mais voulant transmettre plus largement le savoir et la passion de la psalmodie reçus en héritage, il est monté dans la capitale où il a fondé l'école d'inchad en 2014.

Il y propose des cours de solfège, de "maqamat" (tonalités orientales), de louanges, de langue et de diction des étudiants et étudiantes de "tous âges et toutes religions", explique cheikh Touhami, 41 ans.

Bien qu'attaché la tradition de ses aïeux, il n'hésite pas innover avec ses élèves etdans ses projets artistiques personnels.

- Rock, pop, house -

La langue classique, considérée comme noble, est utilisée dans le discours religieux. En l'associant au "rock, la pop et la house", l'artiste espère "la faire parvenir tous", notamment " la jeunesse locale".

Vêtu d'un t-shirt et...