En Libye, ambiance morose

Slateafrique - Il y'a 1 semaine  -  Voir source de l'article

Le plus important marché de l'ouest libyen est très clairsemé pour la fête du sacrifice qui se déroule dans une atmosphère morose en pleine pandémie de coronavirus, et une double peine: les prix élevés et les pénuries de liquidité et de services.

Parti très tôt de Zliten, 140 km l'est de Tripoli, Suleiman Ertel s'est installé sur le marché avec ses moutons qu'il espère vendre pour l'Aïd al-Adha.

C'est Tajoura, en banlieue est de Tripoli, que les éleveurs des villes de l'ouest libyen se regroupent les jours précédant cette fête que les musulmans célèbrent en sacrifiant un mouton d'au moins un an. Ils le partagerent ensuite avec leurs proches et en donnent une partie aux pauvres.

Sur ce marché en plein air, chaque vendeur installe un enclos rudimentaire avec du grillage métallique pour enfermer ses moutons et, comme la fête tombe en plein été cette année, il veille protéger ses bêtes du soleil avec un simple voile.

- "Tout est plus cher" -

Mais cette année, l'humeur est morose parmi les éleveurs car les clients se font attendre: "D'habitude, les jours qui précèdent la fête, les gens s'empressent d'acheter leur mouton", dit-il en montrant un marché quasiment vide.

En effet, quelques jours de la fête, il n'y a pas grand monde sur le marché qui s'étend sur plus de trois kilomètres carrés, sinon quelques rares acheteurs s'informant sur les prix sans conclure de transaction.

Pour M. Ertel, "la crainte des marchés bondés et la hausse des cas de contamination par le...