Escalade inquiétante des violences dans le nord-ouest du Nigeria

Une centaine de villageois ont été tués par des "bandits" cette semaine, dans l'Etat de Sokoto, dans le nord-ouest du Nigeria, une région devenue le théâtre d'intenses violences qui inquiètent les spécialistes de la sécurité dans la région.

"Nous avons retrouvé 74 corps dans les cinq villages qui ont été attaqués" mercredi soir, a rapporté jeudi l'AFP Lawal Kakale, chef communautaire pour le district de Sabon Birni, près de la frontière avec le Niger, 175 km de Sokoto, la capitale de l'Etat.

Un précédent bilan de source hospitalière Sabon Birni faisait état de 60 morts, et de "nombreux blessés par balles".

"25 personnes ont été tuées Garki, 13 Dan Aduwa, 25 Kuzari, sept Katuma et 4 Masawa", a énuméré ce dirigeant traditionnel, expliquant que les villageois ont fui "dans toutes les directions et ont été poursuivis par les assaillants tout autour des villages".

"C'est pour cela que les chiffres ne cessent d'augmenter", a-t-il ajouté, notant que les victimes commençaient être enterrées, dans cette région en immense majorité musulmane.

Ces attaques, particulièrement meurtrières, s'ajoutent d'autres commises dans le même district, lundi, lors desquels 18 personnes ont été tuées, selon des sources locales.

Lors des attaques de mercredi soir, "tous les morts ont été abattus par balles, et la plupart ont été visés la tête", a rapporté une autre source hospitalière, laissant en imaginer la violence.

Des dizaines d'hommes armés sont arrivés moto dans plusieurs villages du district de Sabon Birni, et ont ouvert le feu aux alentours de 20H00 (19H00...