Côte d'Ivoire: Amadou Gon Coulibaly décède

Le Premier ministre ivoirien et candidat du parti au pouvoir l'élection présidentielle d'octobre, Amadou Gon Coulibaly, est mort mercredi Abidjan des suites de problèmes cardiaques 61 ans, un décès qui bouleverse le jeu politique.

"J'ai la profonde douleur de vous annoncer que le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly nous a quitté en ce début d'après-midi après avoir pris part au conseil des ministres", a déclaré Patrick Achi, le secrétaire général de la présidence,lisant la télévision publique un communiqué du président Alassane Ouattara.

"La Côte d'Ivoire est en deuil. Je salue la mémoire d'un homme d'Etat,de grande loyauté, de dévouement,et d'amour pour la patrie. Avec la disparition d'Amadou Gon Coulibaly, la Côte d'Ivoire perd un modèle pour la jeunesse, un exemple de compétence, d'ardeur au travail et d'abnégation", a déclaré le président.

L'opposition a salué la mémoire de M. Gon Coulibaly.

L'ex-chef de l'Etat Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire, et lui-même candidat pour la présidentielle d'octobre, a fait part de "sa grande consternation" après la mort d'un "grand serviteur de l'Etat".

Pascal Affi N'Guessan, dirigeant d'une faction du Front Populaire Ivoirien, et qui n'écarte pas une candidature la présidentielle, a déploré "une grande disparition pour notre pays".

"Nous sommes dans l'opposition mais il y a des moments où le peuple doit pouvoir se rassembler", appelant rendre Amadou Gon Coulibaly "l'hommage qu'il mérite" en tant qu'"homme de devoir et travailleur infatigable".

A Korhogo, la grande ville du nord qui était le fief du Premier ministre, la nouvelle de sa mort se répandait petit petit, a constaté un journaliste de l'AFP.

"C'est une grande perte pour Korhogo, tous les projets de développement vont prendre un coup", a regretté Seydou Coulibaly, gérant d'un cybercafé.

Greffé du coeur en 2012,...