Ile Maurice:Jamil Ampomah - «Nous ne sommes qu'au début de la transformation que les technologies vont occasionner»

Par Lindsay Prosper

Quel est l'impact des technologies innovantes sur la profession d'expert-comptable ? Le directeur de l'ACCA pour le continent africain fait le point sur les changements que cette association a apportés ses stratégies.

Votre responsabilité n'est plus limitée aux pays faisant partie de la zone subsaharienne, mais a été étendue l'ensemble du continent africain. Quelle est la motivation derrière ce changement ?

La raison est d'ordre stratégique. Cette initiative découle d'une révision de la stratégie pour reconsidérer notre mode de fonctionnement. Des responsabilités clés ont été identifiées pour la région. Jusqu'ici, les activités de notre association étaient réparties dans les régions subsahariennes, du Moyen-Orient, de l'Afrique du Nord, de l'Asie du Sud, l'Europe et les Etats-Unis, les marchés émergents et l'Asie-Pacifique.

Il y a un réalignement de notre stratégie. La Chine, par exemple, est devenue une entité part entière. L'objectif vise nous permettre de nous concentrer sur le dynamisme qu'une planification régionale pourrait nous apporter. Ce réalignement va occasionner l'émergence de nouvelles opportunités.

Nous allons nous rapprocher davantage des principaux acteurs de notre clientèle. J'ai développé d'excellentes relations de travail avec nos partenaires de l'Afrique du Nord, des organismes nationaux, de la Fédération panafricaine d'expertscomptables. Bref, une excellente occasion pour créer plus de synergie entre nous.

Avec cet exercice de réalignement de votre stratégie, la famille s'est agrandie. Combien de membres africains compte votre organisation ?

L'ACCA compte plus de 200 000 membres dans le monde entier. 95 000 membres viennent de 44 pays. Nous avons bien peu de membres dans la région de l'Afrique du Nord. Car la majorité vient des pays africains anglophones. Nous avons pas mal de membres dans les pays africains francophones, tels le Cameroun ou la Côte d'Ivoire, en raison de la présence de la Banque africaine de développement dans ces pays.

Nous nous sommes concentrés dans les 12 pays où nous disposons d'un bureau. De par ce réseau, nous sommes en mesure d'assurer un service auprès de nos membres. Notre hub basé en Afrique du Sud nous permet d'assurer un service auprès de nos membres des pays tels que la Namibie, le Lesotho, le Swaziland où nous ne sommes pas présents physiquement. À partir de Nairobi, nous sommes en mesure de toucher nos membres basés au Rwanda, au Soudan et en Erythrée.

Un des phénomènes qui risquent de bouleverser lemode de fonctionnement de la profession d'expert-comptable est l'infiltration fulgurante des technologies innovantes dans les opérations. Quels sont les nouveaux outils de travail sans lesquels les nouvelles technologies pourraient constituer un véritable handicap pour les experts comptables ?

Hier, tout comme aujourd'hui, la technologie a toujours été et sera toujours d'actualité. La confrontation avec les nouvelles technologies n'est pas un phénomène exceptionnel pour les experts-comptables. La profession a toujours su s'adapter aux exigences de toute nouvelle technologie, que ce soit par rapport aux calculatrices, aux ordinateurs, au logiciel d'analyse des données, aux tableurs. Les experts-comptables ont toujours été très réceptifs aux nouvelles technologies susceptibles de les aider mieux faire leur travail et être plus efficients et efficaces.

La façon dont les technologies vont évoluer aura un impact considérable sur la profession des experts-comptables. Bien des tâches qu'exécutent aujourd'hui les experts-comptables seront...