Les Guinéens élisent leur président dans un vote test pour la démocratie

Slateafrique - Il y'a 2 semaines  -  Voir source de l'article

Plus de 5,4 millions de Guinéens sont appelés choisir leur président dimanche, épilogue d'un an de divisions meurtrières autour d'un éventuel troisième mandat d'Alpha Condé et prélude un cycle électoral en Afrique de l'Ouest scruté anxieusement par les défenseurs de la démocratie.

Le premier tour de la présidentielle guinéenne se tient dans un climat de tension et d'inquiétude alimenté par la contestation des derniers mois contre le candidature de M. Condé, élu en 2010 et réélu en 2015, par une campagne vindicative et fiévreuse, et par le passé de confrontation politique violente qui est celui de la Guinée.

Les jours précédant le vote ont été émaillés d'attaques personnelles, d'incidents et d'obstructions, et de heurts qui ont fait plusieurs blessés entre militants des deux principaux concurrents, M. Condé et Cellou Dalein Diallo.

Autant de raisons pour beaucoup de Guinéens d'envisager avec préoccupation le vote de dimanche et plus encore ses lendemains, si les résultats sont serrés ou si l'opération donne lieu des soupçons de fraude, grande préoccupation de l'opposition.

Le rôle important des appartenances ethniques dans la politique intérieure ajoute la volatilité de la situation.

Les électeurs sont invités choisir entre 12 prétendants. Sauf improbable surprise, la compétition reviendra une troisième manche entre M. Condé et M. Diallo, qu'il avait battu au second tour il y a dix ans, au premier cinq ans plus tard.

C'est l'affrontement de deux acteurs anciens de la scène guinéenne, aux styles diamétralement opposés. L'un, policé (Diallo), assure que son heure est arrivée. L'autre, plus frontal (Condé) ne juge aucun de ses adversaires la hauteur.

"Cette élection va se jouer pour Alpha Condé sur (sa faculté) mettre en avant...