Maroc: Les dauphins, victimes de captures accidentelles dans le golfe de Gascogne

Trois coups frappés à la porte de la cabine. "Minuit et demi!": l'heure de sillonner la mer pour l'équipe de l'ONG Sea Shepherd, en patrouille dans le golfe de Gascogne (sud-ouest de la France) contre les captures accidentelles de dauphins.

Six personnes prennent place à bord d'une embarcation semi-rigide, avec caméra et appareil photo. A la lueur de la lune, ils s'éloignent du Sam Simon, ancien vaisseau d'observation météorologique, pour rejoindre une zone où pêchent en boeufs des chalutiers pélagiques: deux navires tractent un énorme filet en forme d'entonnoir.Les volontaires de Sea Shepherd attendent, parfois des heures, que des chalutiers remontent leur filet, tâchant d'être discrets. L'accueil n'est guère chaleureux. "Bande de charognards!" lancent les pêcheurs quand ils remarquent l'embarcation à quelques mètres du filet qu'ils remontent.

Ils pêchent le bar, mais Sea Shepherd veut voir si des cétacés ont été pris. Dans un premier filet, une énorme masse bat frénétiquement de la queue: un thon. Une forme plus grosse se distingue dans le deuxième, au milieu des poissons. "Un requin?", avance la vidéaste de Sea Shepherd.Le Sam Simon est arrivé le 22 décembre dans le golfe de Gascogne et y restera jusqu'à fin...