Musique: quand Marie-Galante réveille son Afrique avec Terre de Blues

Lepoint - Le 2018-06-18  -  Voir source de l'article

Aux stands de restauration, les marmites des plats typiques de Marie-Galante, comme le chaudage (chodaj»), un ragoût de viande épicé, ou le bébélé, une soupe de tripes et de légumes, diffusent leurs effluves et régalent les festivaliers. Une averse tropicale mêlée d'un vent tiède fouette la crinière des cocotiers, mais il en faut plus pour décourager le public, animé reprendre en chœur les chansons de l'ambassadrice du zouk, la chanteuse martiniquaise Jocelyne Béroard.

Accompagnée de ses musiciens, elle interprète ses compositions ainsi que celles de Kassav», son célèbre groupe originaire de Guadeloupe qui a inventé le zouk il y a près de40ans. Derrière le caractère très dansant et festif du zouk (mot qui la base désignait «bal», «soirée dansante»), il ne faut pas oublier leurs textes, évoquant l'identité antillaise, questionnant les origines, la place des Antillais face au pouvoir central. Cette musique, dont Miles Davis était un grand amateur, brassant plusieurs influences caribéennes, Kassav» l'a portée et diffusée travers le monde entier, et l'a toujours chantée en créole malgré les pressions extérieures.

Béroard: «J'exhorte les gens ne pas oublier leurs aïeux»

Jocelyne Béroard constate avec regret l'appauvrissement musical et artistique du genre ces dernières décennies. «Beaucoup n'ont pas compris notre travail: ils ont juste repris la branche du zouk love, devenu une sorte de variété, ils lui ont enlevé sa langue, le créole.… Je suis désolée d'entendre des artistes utiliser la même base rythmique pour différentes mélodies. Or le zouk est multiple, avec différents tempos, il invite le rock, le funk, le reggae, la country, la biguine... tout en gardant son âme. C'est sa richesse! Malheureusement, si on...