"On ne veut pas la bagarre": les électeurs guinéens entre crainte et espoir

Slateafrique - Il y'a 1 semaine  -  Voir source de l'article

Ils étaient l par dizaines, tôt dimanche matin, glisser leur bulletin dans l'urne pour choisir le prochain président de la Guinée, le coeur partagé entre les craintes de violences post-électorales et l'espoir d'un avenir meilleur.

L'école primaire Federico Mayor de Kaloum, quartier de Conakry où se trouvent les centres de décision guinéens, est une sorte d'oasis éducatif au bord de l'Océan atlantique, avec vue sur les chalutiers, au milieu d'arbres géants.

Plusieurs bureaux de vote ont été installés dans les salles de classe. Au mur, une grande inscription: "L'enfant n'est pas un vase qu'on remplit mais un feu qu'on allume".

Avant même l'heure officielle du début des opérations, fixée 08H00 (GMT et locales), c'est la grosse agitation parmi les électeurs, les observateurs, le personnel chargé de conduire les opérations. Dans les salles, des représentants des candidats surveillant le vote.

La température est clémente et il est même tombé quelques gouttes de pluie, une bénédiction. Les forces de sécurité sont en nombre mais restent discrètes.

Les Guinéens doivent lors de ce premier tour départager 12 candidats, dont deux femmes. Les deux favoris sont le président sortant, Alpha Condé, 82 ans, et le leader d'opposition Cellou...