Ouganda: démarrage meurtrier de la campagne présidentielle, 37 morts

Slateafrique - Il y'a 2 semaines  -  Voir source de l'article

Trente-sept personnes ont été tuées depuis mercredi en Ouganda dans les violences déclenchées par une nouvelle arrestation du député et populaire chanteur Bobi Wine, principal rival du sortant Yoweri Museveni la présidentielle de janvier qui s'annonce très tendue.

L'entourage du président Museveni, 76 ans, au pouvoir depuis 1986, a montré ces derniers mois de nombreux signes de nervosité l'encontre de Bobi Wine, 38 ans, arrêté ou assigné résidence de nombreuses reprises depuis 2018.

Elu député en 2017, le chanteur, Robert Kyagulanyi, de son vrai nom, est devenu le porte-parole d'une jeunesse ougandaise urbaine et souvent très pauvre qui ne se reconnaît pas dans le régime vieillissant du président Museveni.

Il a été mercredi arrêté Jinja (Est) où il faisait campagne, pour avoir violéles mesures de lutte contre le coronavirus lors de ses rassemblements, selon la police.

Après deux jours en garde vue, il a finalement été relâché vendredi après-midi, après avoir été inculpé d'"actes susceptibles de propager une maladie infectieuse" et infractions aux "règles sur le Covid-19".

La nouvelle de sa libération a été saluée par des scènes de joie dans les rues de Kampala, placée sous haute sécurité: coups de klaxons et danses improvisées, au son de ses chansons immédiatement diffusées par des radios locales.

"Je suis reconnaissante envers tous les Ougandais qui ont mis fin cette injustice", a déclaré l'AFP l'épouse de Bobi Wine, Barbie Itungo.

Sous contrôle judiciaire, M. Wine, qui n'a pas eu verser de caution, doit pointer toutes les deux semaines au tribunal jusqu' son procès prévu le 18 décembre et est autorisé continuer de faire campagne sous réserve de respecter les...