Présidentielle en Côte d'Ivoire: Bédié appelle

L'ex-président ivoirien Henri Konan Bédié a appelé dimanche, au nom de l'opposition, la "désobéissance civile" face la "forfaiture" de la candidature controversée un troisième mandat du chef de l'Etat Alassane Ouattara l'élection présidentielle du 31 octobre.

"Face la forfaiture, un seul mot d'ordre: la désobéissance civile", a déclaré M. Bédié, salué par un tonnerre d'applaudissements la fin d'une grand-messe qui a réuni les principaux partis de l'opposition au siège du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), a constaté un journaliste de l'AFP.

L'ex-chef d'Etat (1993-99), qui s'est érigé en chef de l'opposition depuis qu'il a rompu il y a deux ans avec Alassane Ouattara, n'a pas précisé de modalité d'action pour cette "désobéissance civile", une formule qui a été préférée un boycott de la présidentielle, une hypothèse qui avait été évoquée.

Chassé du pouvoir par un coup d'Etat militaire en 1999, M. Bédié espère toujours y revenir: 86 ans, le chef du PDCI est l'un des quatre candidats retenus pour la présidentielle par le Conseil constitutionnel.

A ses côtés dimanche étaient présents Assoa Adou, le secrétaire général du Front Populaire Ivoirien (FPI) de l'ex-président Laurent Gbagbo, et Zié Koné pour le mouvement Générations et Peuples Solidaires (GPS) de Guillaume Soro, considérés comme les autres forces principales de l'opposition ivoiriennes - ainsi que d'autres petits partis.

Etait absent en revanche l'opposant Pascal Affi N'Guessan, l'un des candidats ...