Présidentielle en Côte d'Ivoire: l'opposition en colère contre le Conseil constitutionnel

Slateafrique - Il y'a 1 semaine  -  Voir source de l'article

L'opposition ivoirienne a vivement critiqué mardi le Conseil constitutionnel, qui a validé la veille la candidature controversée du président Alassane Ouattara un troisième mandat et rejeté 40 des 44 candidatures déposées, dont celles de l'ancien chef d'Etat Laurent Gbagbo et de l'ex-chef rebelle et ancien Premier ministre Guillaume Soro.

Elu en 2010, réélu en 2015, M. Ouattara avait initialement annoncé en mars sa décision de renoncer briguer un troisième mandat.Avant de changer d'avis en août, après le décès soudain d'un infarctus de son Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, qu'il avait désigné comme son dauphin.

L'annonce de cette candidature avait provoqué des affrontements, notamment communautaires, qui avaient fait une quinzaine de morts en août.

Le Conseil a estimé qu'avec la nouvelle Constitution de 2016, le pays était entré dans une nouvelle République et donc que le compteur des mandats était remis zéro, même si la nouveau texte, comme le précédent, limite deux le nombre de mandats présidentiels.

La crainte de violences meurtrières l'approche du scrutin du 31 octobre est forte, dix ans après la crise née de la présidentielle de 2010, qui avait fait 3.000 morts après le refus du président Laurent Gbagbo de reconnaitre sa défaite électorale face Alassane Ouattara.

Un ancien Premier ministre de Laurent Gbagbo, Pascal Affi Nguessan, dont la candidature a été validée, a condamné "la spirale de l'exclusion dans laquelle s'enfonce la Côte d'Ivoire", qu'il a qualifiée de "manifestation la plus aboutie du caractère tyrannique du régime".

- Condamnations judiciaires -

"Le Conseil Constitutionnel a raté l'occasion historique de marquer son indépendance: en acceptant la candidature du président sortant, manifestement inéligible, en refusant celles du président Laurent...