RDC: sur les Hauts Plateaux, un conflit et des victimes coupés du monde

Slateafrique - Il y'a 2 semaines  -  Voir source de l'article

Elle avait quatre ans. Regina est morte faute de soins et de médicaments dans la nuit froide du vendredi 9 octobre sur le site des déplacés de Bijombo, en marge d'un conflit enraciné dans l'histoire des Hauts Plateaux du Sud Kivu, dans l'Est de la République démocratique du Congo.

"Il n'y a pas de planches pour le cercueil", soupire son père, Gilbert, 26 ans, assis au milieu d'autres déplacés qui vivent sans assistance humanitaire 2.360 m d'altitude aux confins des territoires d'Uvira et de Fizi, inaccessibles par voie terrestre.

Pour envelopper le corps, des hommes ont demandé un sac plastique noir et du carton aux 70 Casques bleus pakistanais de la base des Nations unies qui surplombe et sécurise les abris construits sur les pentes d'un ravin escarpé.

Le père se présente comme un agriculteur de la communauté Bafuliru originaire du village de Kangwe, quelques vallées vers le sud. Avec sa femme et ses deux autres enfants, il affirme avoir fui en juin une attaque de miliciens Banyamulenge, des Congolais tutsis aux lointaines origines rwandaises. "Ils tiraient et mettaient le feu certaines maisons".

Peu appréciés par de nombreux Congolais, qui les soupçonnent d'être des agents du Rwanda, les Banyamulenge affirment eux-mêmes être victimes de milices Bafuliru pillant leurs troupeaux de vaches.

Le conflit se déroule huis-clos dans cette partie des Hauts Plateaux sans aucune route entre les massifs de collines grignotées par la déforestation et les feux des cultures sur brûlis, les vallées et les rivières encaissées.

- "L'Afghanistan en miniature" -

"L'Afghanistan en miniature", compare un cadre des Nations unies. "Chaque communauté a un groupe armé. Les jeunes gens (ndr: des milices) connaissent toutes les crevasses. Une armée régulière est dépassée".

D'après les...