Soudan: El Béchir la prison de Kober - La distance entre Khartoum et La Haye se réduit

Par H. Marie Ouédraogo

« Il y a loin de Khartoum la Haye ». Ainsi avions-nous titré notre éditorial du 5 mars 2009, après le lancement par la CPI de deux mandats d'arrêt internationaux contre Omar El Béchir, accusé de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité qui auraient fait plus de 300 000 morts notamment au Darfour.

Il entrait ainsi dans l'histoire, si l'on peut dire, en tant que premier chef d'Etat en exercice « avoir le glaive de la justice internationale sous la gorge ».

Pour autant, l'homme fort de Khartoum n'avait pas s'en inquiéter outre mesure puisqu'il continuait de voyager, soutenu par l'Union africaine et de nombreux autres Etats qui ont toujours instruit un procès en suspicion légitime contre la Cour pénale internationale.

Dix ans après l'émission de ces mandats d'arrêt, on a bien peur que la distance entre la capitale soudanaise et La Haye se soit dramatiquement réduite pour celui qui avait sans doute mérité l'horrible sobriquet de « boucher du Darfour ».

D'abord gardé en résidence surveillée...