Soulèvements et contestations dans le monde arabe depuis 2011

Slateafrique - Il y'a 1 semaine  -  Voir source de l'article

De la Syrie, dévastée par un conflit meurtrier, l'Algérie, secouée par une contestation inédite, la Tunisie est le seul pays qui a consolidé sa démocratisation huit ans après le déclenchement des "Printemps arabes".

D'autres Etats, où les populations descendirent dans la rue pour réclamer des réformes démocratiques, ont basculé dans la guerre, la répression ou le chaos.

- L'étincelle tunisienne -

Le 17 décembre 2010, l'immolation d'un marchand ambulant, excédé par la misère et les brimades policières, déclenche un soulèvement populaire, couronné le 14 janvier 2011 par la chute du régime de Zine El Abidine Ben Ali, après 23 ans de règne.

En 2014, la Tunisie adopte une nouvelle Constitution, puis organise des législatives, remportées par le parti anti-islamiste Nidaa Tounès devant les islamistes d'Ennahda, majoritaires jusqu'alors. En décembre, Béji Caïd Essebsi est élu président au suffrage universel.

Après trois attentats majeurs revendiqués par le groupe extrémiste Etat islamique (EI) en 2015, la situation sécuritaire s'est améliorée. Des élections législatives et présidentielle sont prévues l'automne.

- Répression en Egypte -

Le 25 janvier 2011, début de manifestations massives contre Hosni Moubarak, la tête du pays depuis près de 30 ans. Après 18 jours de révolte populaire (près de 850 morts), le président Moubarak remet ses pouvoirs en février l'armée.

En juin 2012, Mohamed Morsi, candidat des Frères musulmans, est élu président, devenant le premier islamiste chef de l'Etat. Mais après une année marquée par des crises et une contestation politique, il est renversé par l'armée dirigée par Abdel Fattah al-Sissi.

Les Frères musulmans vont faire l'objet d'une implacable répression. Selon Amnesty International, en sept mois, 1.400 personnes sont tuées, des manifestants islamistes pour l'immense majorité.

Elu président en 2014, puis réélu en 2018, Abdel Fattah al-Sissi est régulièrement accusé par les organisations de défense des droits humains d'avoir instauré un...