Togo: ce nouveau port de Lomé dont les pêcheurs ne veulent pas

Lepoint - Le 2018-07-11  -  Voir source de l'article

Les problèmes de l'érosion, due aux vents forts et aux vagues violentes de l'océan Atlantique, ne sont pas nouveaux dans le petit village de pêcheurs d'Agbekope, sur la côte togolaise. Mais avec le nouveau port de pêche de Lomé, leur quotidien pourrait être encore davantage affecté. «Plusieurs maisons plusieurs étages se sont déj effondrées et notre cimetière a également été touché», raconte l'AFP le chef du village, Jean-Dolayi Duevi. «Nous avons dû exhumer47corps et les emmener au cimetière de Baguida» près de la capitale, soupire-t-il.

Si l'érosion affecte les communautés côtières travers le monde, elle devient un réel problème environnemental et social majeur en Afrique de l'Ouest. La hausse du niveau de la mer, due au réchauffement climatique, est la principale cause de l'accélération de ce phénomène naturel. L'action continuelle des vents et des vagues fait disparaître entre cinq et dix mètres de terre chaque année en de nombreux endroits de la côte (56 kilomètres). Jusqu'25mètres parfois, selon le ministère togolais de l'Environnement. Un problème reconnu par la Banque mondiale, qui a investi210millions de dollars dans des projets de construction de digues ou de dunes pour atténuer les effets des marées et des inondations dans six pays d'Afrique de l'Ouest, dont le Togo.

Le nouveau port pointé du doigt

Les constructions humaines ont également aggravé la situation, notamment...