TEMOIGNAGE. "J'ai été accusée tort d'avoir secoué mon bébé"

News - Le 2020-05-29  -  Voir source de l'article

Aujourd'hui encore, Fanny ne peut plus entendre des sirènes de police ou porter un bracelet son poignet sans avoir une crise d'angoisse. Cette maman de deux enfants reste profondément traumatisée par son arrestation et ses trente heures de garde vue en juillet 2014... Trois mois plus tôt, le 8 avril, Fanny donne naissance un beau petit garçon, Yanis. Les parents et Lannah, leur première fille, sont aux anges. Dès les premières nuits la maternité, Fanny signale un comportement étrange de son bébé. Il pleure lorsque la lumière est éteinte, régurgite beaucoup et a du mal réguler sa température.

A un mois et demi, Yanis ne réagit pas son environnement. Sa maman se rend la PMI de Lyon tous les quinze jours et confie ses craintes aux professionnelles de santé, qui la rassurent. En juin, la suite d'une mutation du père des enfants, toute la famille déménage Toulouse. Le 8 juillet, Fanny se rend dans sa nouvelle PMI. La pédiatre ausculte son bébé. En trois mois, Yanis a pris 12 cm de périmètre crânien, ce qui est énorme. Elle décèle aussi une hypertension intracrânienne, des yeux en coucher de soleil, des pleurs difficiles.

Alors que Yanis est en soins intensifs, Fanny sent la suspicion tomber sur elle

"J'étais paniquée, la pédiatre pensait une hydrocéphalie et m'a dit qu'un neurologue m'attendait aux urgences." Le soir même, Yanis est opéré en urgence pour son hypertension intracrânienne. L'angoisse est son comble pour la jeune maman qui...