Mort de Droukdal: "la fin du règne" des jihadistes algériens au Sahel (expert)

La mort du chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Abdelmalek Droukdal, tué par les forces françaises dans le nord du Mali, marque "la fin du règne des Algériens" au sein de la nébuleuse jihadiste au Sahel, estime Akram Kharief, directeur du site menadefense.net, spécialiste des questions de défense et de sécurité.

Vétéran du jihad africain, Abdelmalek Droukdal a longtemps sévi en Algérie, en particulier durant la "décennie noire" (1992-2002) de la guerre civile (200.000 morts).

QUESTION: Comment expliquer la longévité de Droukdal, le fait qu'il ait pu se cacher si longtemps apparemment en Algérie?

REPONSE: "La longévitéde Droukdal s'explique surtout par le fait que, depuis plus de dix ans, Aqmi a énormément réduit sa voilure en Algérie. La plupart de ses membres ont préféré s'installer en Tunisie, en Libye ou au Sahel, plus propices à l'action ou même pour faire le coup de feu au Moyen-Orient.

La baisse d'intensité de l'activité terroriste a préservé la vie des +irréductibles+qui sont restés en Algérie. En ne s'exposant pas au combat, ils ont réussi à durer dans le temps, Droukdal en premier.

Je n'ai pas une idée précise de l'endroit où il se trouvait. Les derniers...